Après une nuit plutôt fraîche dans le refuge de Cougourde, nous voilà repartis avec Eve, Edouard, Céleste et Violette pour une deuxième journée de randonnée dans la neige. Vue l’excellente condition physique de la petite famille, l’objectif du jour est de monter aux Lacs Bessons et de descendre par le vallon de Sangué.

Départ matinal du refuge, mieux vaut être bien couvert avec les températures négatives

Le lever du jour dans le vallon du Boréon récompense ce départ à la fraîche

Céleste donne le rythme sous l’œil de la Cougourde

Pour monter aux lacs, il n’y a pas de sentier. On se repère sur la carte, grâce aux explications données par Charlie, le gardien du refuge.

Avec ces 20 cm de neige, il n’est pas toujours facile de marcher sur les blocs. On passe souvent à travers neige et il faut bien regarder où l’on pose ses pieds. La progression est plus lente que dans des conditions sèches ou lorsque les blocs sont entièrement recouverts de neige.

Les filles (et Edouard!) ont le « pied montagnard » ce qui facilite l’ascension dans ces interminables blocs rocheux

Après deux heures de montée, « hors piste », le terrain s’aplanit. Le vent de Nord se fait davantage sentir et nous mettons toutes les couches de vêtements sur nous.

Des paysages incroyables, des traces de chamois, de lièvres, d’hermines un peu partout… et nous sommes seuls ici… pas d’autre trace que la notre

Puis les Lacs Bessons, cachés au pied de la Ruine, apparaissent.

C’est une chance d’être là haut !

Violette pose devant le mont Pélago

Une belle équipe prometteuse

On ne s’éternise pas car la descente est encore longue

Nous descendons par le déversoir du lac, puis par le Vallon de Sangué

Plus bas, nous rejoignons la forêt de mélèzes qui colorent ces paysages merveilleux.

Encore quelques passages dans les blocs avant de gagner le bon sentier du refuge de Cougourde. Après un bon pic nic, nous nous laissons descendre sur l’agréable sentier menant au Boréon.

Voilà deux belles journées qui se terminent en beauté, avec des paysages assez exceptionnels… Bravo Céleste et Violette pour votre aisance dans ce terrain et bien sûr aux parents pour avoir initié vos filles à la « montagne ».