Fin juin 2021, pour fêter leur brillante réussite au BAC, Louis et Quentin s’offrent quelques jours de randonnée alpine dans la vallée de la Tinée.

Le premier jour est consacré à la préparation des sacs et au rodage des chaussures sur le sentier du refuge de Rabuons.

Depuis le village de Saint Etienne de Tinée, il y a 1400 m de dénivelé pour rejoindre le refuge de Rabuons, 2523 m. Les sacs sont chargés pour la semaine, nous montons tranquillement. Avec les pauses, nous mettons 4 heures.

Au refuge, nous sommes chaleureusement accueillis par Charlie, le gardien, et Adrien, aide gardien. Dans l’après-midi, Louis et Quentin découvrent le matériel d’alpinisme et les nœuds d’encordement

Ils apprennent aussi à placer et retirer un « friends »

Et à en tester la solidité !

Le lendemain, après une nuit fraîche et ventée, nous partons de bonne heure sur le sentier qui contourne le Lac de Rabuons, direction le Mont Ténibre, 3031 m.

Les nombreux lacs d’altitude rendent le décors exceptionnel. Ici, le Lac du Cimon

Un peu plus haut, le Lac de la Montagnette, encore gelé sur les bords

Arrivés au Pas de Rabuons, nous choisissons de rejoindre le Ténibre par une petite arête facile. C’est l’occasion pour les garçons de se tester sur des pas très simples d’escalade, mais aussi de progresser encordés

Le principe de progression est vite compris !

A 11 heures, nous arrivons au sommet du Ténibre

Un premier 3000 pour les garçons !

Après une pause au sommet, nous descendons par la voie normale jusqu’au Pas de Rabuons. Il est tôt, la météo et la forme sont au rdv; nous décidons de prolonger la course. Direction les arêtes de Montagnette.

Nous traversons sous le sommet de Roche Rousse et rejoignons le Pas de la Roche Rousse, 2878 m.

Ce n’est pas la même ambiance que ce matin… Les passages sont plus raides et plus grimpant et la sensation de « gaz » se fait davantage sentir.

Toujours assurés, avec des friends ou des « béquets », la cordée progresse sereinement

Jusqu’au sommet de Montagnette Ouest, 2949 m.

De là haut, on domine les lacs de Rabuons. On en prend plein les yeux

Puis nous désescaladons sous le sommet pour rejoindre le sentier de montée. Un court névé situé au pied nous facilite la fin de la descente

Arrivés au refuge, les gardiens nous apportent une part de la fameuse tarte myrtilles-amandes. Une belle récompense pour marquer cette journée alpine. Bravo les jeunes !