Après le Carnaval de Nice et la fête du Citron à Menton, nous fêtons Mardi Gras sur l’arête des Hirondelles. Une course d’arête vue sur mer: voilà un joli cadeau pour Eric.

La marche d’approche par la forêt à sangliers permet de se mettre en « jambe » et de réveiller nos muscles, avant de se lancer dans la partie la plus technique de la course.

La première longueur impose quelques pas de 5 et une bonne pose de pieds sur petites gouttes d’eau… Avec quelques sangles et rallonges anti « panique », le passage se franchit assez facilement

Eric qui n’avait pas grimpé depuis de longues années, réfléchit à comment disposer ses pieds et ses mains puis me rejoint brillamment au premier relais.

Une fois ce « petit » passage franchit, on prend plaisir à grimper un parcours rocheux moins difficile et très esthétique.

Les passages alternent tantôt sur le fil de l’arête, tantôt en contrebas dans de jolies facettes calcaires

Une fois les appréhensions évacuées, Eric redécouvre les joies procurées par l’escalade

L’assurage se fait sur coinceurs et pitons; il faut donc les récupérer au fur et à mesure de la progression.

Les techniques de progression sont vite assimilées: l’ascension se déroule de manière bien fluide

Nous avons même le temps de déjeuner au sommet!

Vient alors le moment de la descente: un rappel de 20 m nous mène à un collet. Puis nous désescaladons un raide couloir avant de suivre une sente jusqu’au parking de départ. Voilà une belle course qui ouvre sur des perspectives plus alpines! Bravo Eric !