Pas facile de trouver un créneau météo en cette fin septembre… Après un réveil de nuit sous la brume et l’humidité, nous partons du parking d’accès au refuge Bozzano avec l’espoir de trouver de meilleures conditions un peu plus haut. En effet, une fois passée la partie en forêt, on sort de cette brume épaisse

Bientôt, la vue sur le Corno Stella et l’Argentera à droite s’offre à nous.

Après 1h30 de marche, nous arrivons sous le refuge Bozzano et l’impressionnante face Ouest du Corno Stella. Pas de chance pour nous, Marco, le gardien du refuge vient juste de descendre et fermer le refuge pour l’hiver…

Faute de pause « ptit-déj », nous poursuivons jusqu’au pied de la paroi par un beau sentier taillé dans les pierres.

Pour franchir le « socle », nous grimpons les quatre premières longueurs de la voie « Esprit Libre ». C’est une voie assez jolie qui permet d’arriver rapidement sur le grande vire du socle. Marc s’échauffe dans le 5b d’attaque.

A 10 heures, nous sommes au pied de la fameuse voie « Lupetti », TD-, 300 m

Il ne fait pas chaud ce matin; nous grimpons bien couverts et nos doigts sont tout engourdis. Marc sort de la troisième longueur

Juste derrière, le Chaînon des Guides prend déjà le soleil

Vue sur la cinquième longueur. Le rocher est magnifique, les longueurs sont homogènes et la voie bien équipée… On se régale !

Petit pas technique au départ de la sixième longueur

Les nuages accrochent le sommet de l’Argentera et le vent souffle toujours

Dernière longueur, tout aussi jolie que les précédentes.

Marc me rejoint; le vent souffle toujours mais il fait encore beau

Un petit tour rapide sur la croix sommitale du Corno Stella 3050 m

Juste dans notre dos, la face Nord de l’Argentera et le couloir du Lourousa, bien sec en ce début d’automne

Avec ce vent de Sud, le temps change vite… Nous prenons une averse de pluie au départ des rappels… Par chance, une éclaircie nous laisse tranquille le reste de la descente. Mais avec un vent aussi fort, nous optons pour des rappels de 25 m.

Après une descente « efficace », entre rappels plein vent et désescalade, nous sommes contents d’être au sol !

Pas de pause « goûter » non plus…. On se remet en route pour la descente à pieds et le retour en vallée. Nous étions seuls ce jour là au Corno… Bravo Marc pour m’avoir suivi dans cette aventure !