Fin Juillet, avec Christine et Jean-Marie nous partons en direction de la Cime du Gélas, 3143 m.

Cet été, l’accès à la Madone de Fenêtre est un peu complexe, suite au dégâts causés par la Tempête Alex. Avec un véhicule adéquat et une autorisation, nous gagnons le sanctuaire au lever du jour.

En partant de bonne heure, on assite au lever du soleil sur la Côte, derrière nous. Le chemin de montée est long et peu évident. Après deux heures de marche, on quitte un sentier correct pour évoluer sur les blocs rocheux. Cette marche hors sentier demande un effort supplémentaire lorsque l’on n’est pas abitué à progresser dans ce genre de terrain.

Après une pause au Lac Blanc, sous le Saint Robert, nous montons en direction de la « Terrasse » du Gélas. Désormais, le sentier est inexistant; il faut frayer son chemin dans cette multitude de blocs rocheux

L’exercice bien physique aura raison de Christine qui s’arrêtera ici, sous la Terrasse.

Avec Jean-Marie, nous poursuivons en direction du « Balcon » du Gélas. Mais lorsque l’on sort au-dessus de la Terrasse, on comprend que l’ascension est encore longue !

Derrière Jean-Marie, le Lac Long domine la vallée de la Gordolasque

Du Balcon, nous avons une belle vue sur le parcours d’arêtes qui nous attend. Nous passons du mode « marche » au mode « alpinisme »: casque, baudrier et encordement sont désormais de rigueur pour évoluer sur l’Arête Est du Gélas.

C’est une première expérience pour Jean-Marie.

Les techniques de progression sont vites comprises et nous évoluons sereinement vers le sommet.

Nous y sommes ! C’était long, mais c’est tellement beau ! Et nous sommes (presque) seuls dans toute la montagne aujourd’hui !

Une belle récompense d’être là haut et un bonheur qui se lit sur nos visages…

On profite un moment du sommet , mais pas vraiment le temps de traîner car le retour est encore long. Nous retrouvons Christine dans la descente et finissons ensemble cette belle journée.